Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Fiches jardinage >  Galerie de portraits >  La Pivoine facile

Article publié le 30 mars 2017 et visité 6897 fois.
Culture des pivoines herbacées et visite des Pépinières Tricot.

Voir le nouveau diaporama : les pivoines ont retrouvé leur identité et quelques variétés d’exception ont été rajoutées.

EARL Pépinières Tricot,
154 Rue des Montées, 45100, Orléans
-> voir leur site pour consulter le catalogue en cours d’élaboration.

Monsieur Tricot nous a reçu samedi 23 mai 2009 pour ce que nous pensions être une visite de pépiniériste et qui s’est révélé être un « safari pivoines » extraordinaire !
Il nous a tous embarqués dans son camion (pour plus de commodité et pour que nous ne fassions pas la chenille dans les champs avec les voitures !).

Sylvie D. parle d’un « inénarrable transport en camion pendant lequel les fous rires du pensionnat des Pivoines ont secoué encore un peu plus les "jardingues" en goguette ! »

Mais le rire n’empêche pas le sérieux des potaches quand il s’agit de soigner et d’élever ses pivoines et carnets en main, nous avons noté avec ferveur les conseils de M. Tricot !

Nous allons donc voir comment les choisir, comment les planter, les nourrir, les cueillir, les multiplier et nous terminerons par la description de quelques variétés.

1) Les choisir :

Pour avoir des floraisons plus longtemps, choisissez trois types de pivoines : une hâtive (ou précoce), une de mi-saison et une tardive.
Vous pourrez alors contempler des fleurs du 8 mai à la fin juin !

2) Les planter :

Plantez-les au ras du sol dans un terrain plutôt sec (elles n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau) et au soleil. Vous pouvez enrichir le sol de corne broyée et de patenkali (produit naturel autorisé en culture biologique). De la potasse donc mais pas d’azote !

Plantez-les à 60 cm les unes des autres.
Elles peuvent vivre 20 ans, voire 50 , on en connaît même des centenaires !

3) Les nourrir, en prendre soin :

Elles sont solides, rustiques ! Ni herbicide, ni fongicide. Pas de chasse aux fourmis, elles ne gênent en rien ces belles-là. ( Les fourmis sont attirées par le miellat collé sur les boutons, mais elles sont sans dommages pour les fleurs .)

A la fin de la floraison, il faut couper la fleur fanée et laisser les feuilles : elles vont « mûrir » et c’est en octobre qu’ on pourra supprimer les feuilles flétries.

4) Les cueillir :

Quand on coupe une fleur, il faut impérativement laisser 3 feuilles sur la tige florale car cela stimule la sève qui favorise l’apparition des nouveaux yeux, qui vont assurer une belle floraison l’année suivante.
On estime à trois semaines la tenue en vase, si on a cueilli la fleur en bouton !

5) Les multiplier :

Tous les 20 ans, et seulement si la pivoine donne des signes de fatigue ! Il faut alors arracher la plante, la débarrasser de la terre , diviser les racines et les couper. De nouvelles racines se feront au collet (et non sur les anciennes racines). On laisse alors de 3 à 5 yeux par éclat.

Alors, à vos catalogues et à vos coups de coeur !

Scarlett O’Hara (comme un grand pavot cerise avec des nuances rose plus clair), Laura Dessert (jaune), Edgar Jessep (un vrai jupon rouge !), Le Cygne (harmonie de blanc, de vanille et de jaune très pâle), Madame Claude Tain, (la plus blanche parmi les blanches), Red Dragon (sans commentaire), Président Wilson (rose pâle tardive à feuillage broze)... etc

... à moins que vous ne vouliez "Petite fleur" baptisée par monsieur Tricot à cause de ses grosses joues sans doute ! Et nous ne vous avons rien dit des parfums : la vanille, la rose, le thym, le citron...

Carmel et Sylvie D, avec le concours de Sylvie P et aussi Catherine pour quelques unes des plus belles photos.

Photo ci-dessus : "Néon", herbacée, type japonais.

forum sur cet article (1 message)