Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Méli-mélo >  Les Plantes et les jardins en littérature >  A propos de calebasses...

Article publié le 18 novembre et visité 23 fois.

Etat de Virginie, USA, 1856 :

« Les cases [des Noirs], la buanderie et le fumoir* à deux niveaux étaient tapissés de plantes grimpantes à fleurs dont les feuilles, déjà, bourgeonnaient : ampelopsis, trompettes de Virginie, pipes de vigne**, belles-de-jour.
Mais contre le flanc sud de chaque case était planté l’utile calebassier qui poussait plus vite que tout autre plante grimpante et donnait en même temps fleurs et fruits. L’été, les grosses fleurs jaunes persistaient à se déployer chaque matin, même après que les nombreuses petites gourdes avaient atteint une taille telle que l’on se demandait comment l’arbrisseau pouvait supporter leur poids. On y laissait ces fruits jusqu’après les premières gelées ; puis on les cueillait et on les mettait à sécher. Une fois durs, on les coupait en deux, en faisant ainsi des puisettes, des bols pour les céréales, le beurre, le lard, la sauce à viande, le moindre bon morceau que l’on parvenait à subtiliser dans l’immense cuisine à destination d’une case ou d’une autre. Ce qui pouvait être emporté dans une calebasse ne soulevait aucune objection. Nul regard bien élevé ne se posait jamais sur ces ustensiles végétaux. »

Willa CATHER : "Saphira, sa fille et l’esclave" (Sapphira and the Slave Girl) _ Editions Rivages, 2015 _ pages 24-25.

Photo : Habitats des noirs en Martinique dans une ancienne plantation.

* Fumoir : bâtisse pour fumer les viandes
** Pipe de vigne : sans doute une clématite sauvage

forum sur cet article (pas de message)