Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Méli-mélo >  Fourre-tout >  HEBDO-LA TRIBUNE parle de nous !

Article publié le 3 mars 2017 et visité 126 fois.
Totalement Jardingues !

Un article de Claire Seznec :

"Totalement Jardingues !

Une association orléanaise : Les Jardingues

Bêcher, semer, planter, faire des boutures, fabriquer une haie vivante ? Et si jardiner rendait heureux ? C’est ce qu’affirme Les Jardingues, une association organisatrice d’ateliers de jardinage dans la métropole orléanaise.

En se promenant dans le Jardin des Plantes d’Orléans ou dans le Parc Floral de La Source, le visiteur peut tomber nez à nez avec un groupe de personnes s’affairant autour des plantes. Il s’agit de membres de l’association Les Jardingues. « Elle a été créée il y a une vingtaine d’années, se souvient Didier Villoing, le président depuis dix ans maintenant. A cette époque, cinq adhérents ont animé des ateliers de bouturage dans le quartier. » Quelques années plus tard, l’association, alors forte d’une trentaine d’adhérents, se rendit au Jardin des Plantes pour réaliser des ateliers et des échanges de plantes. Ce fut le début d’un partenariat fructueux, qui continue encore. « L’idée est de nous faire connaître, mais aussi d’amener nos adhérents au Jardin des Plantes », explique le président. Un pari réussi puisqu’aujourd’hui, l’association compte 200 personnes, habitant à Orléans ou dans les communes limitrophes.

Plusieurs temps réservés aux adhérents rythment l’année associative. Deux échanges de plantes (au printemps et à l’automne), des visites chez des pépiniéristes, un atelier pour construire un panier en osier, un autre pour créer une haie vivante (avec une structure en bois souple) devant les grandes serres du Jardin des Plantes, ou encore un, en plein hiver, pour fabriquer un joli nichoir à oiseaux. La liste des activités de l’association est longue et diversifiée. « Nous avons l’avantage d’avoir des adhérents qui peuvent s’investir grâce à leur profession : des artistes, des jardiniers, des ornithologues, des passionnés d’insectes. Un jour, par exemple, une conteuse orléanaise a raconté des histoires et des légendes sur des jardins », décrit Didier Villoing. Une manière de montrer qu’il y a, dans le jardinage, autre chose que le tressage de l’osier ou qu’un arbuste à mettre en terre.

« Jardiner est sain »

Ces dernières années, Didier Villoing a ressenti un certain engouement pour les activités liées au jardin. « Les gens veulent sortir de chez eux, avoir les mains dans la terre, préparer leurs semis de tomates ou de poivrons, affirme-t-il. Et ils repartent heureux avec un pot qui leur donnera une plante dont ils vont aimer prendre soin. » Ce retour à la terre découlerait de nos modes de vie : les adultes d’aujourd’hui ont souvent vu leurs grands-parents passer des heures dans le potager. Plus tard, ces mêmes adultes commencent à jardiner et peut-être par manque de place ou de temps leur intérêt se porte sur le jardin d’agrément.

Le jardin se décline d’ailleurs sous différentes formes, dans un petit ou un grand terrain, et même sur la terrasse. Pour se lancer dans le jardinage, Les Jardingues proposent des ateliers appelés « coup de pouce ». « On va visiter l’emplacement du futur jardin et on donne des conseils à l’apprenti jardinier pour créer un beau jardin en quelques années, en évitant les erreurs », explique Didier Villoing. Si, au 1er janvier 2019, la vente de pesticides sera interdite aux particuliers, l’association a, elle, toujours misé sur le zéro phyto. « On utilise le compostage, le paillis (avec des déchets verts, du sable et encore des feuilles mortes) et en associant les plantes entre elles. » Ces techniques permettent de créer et de s’occuper d’un jardin beau, propre et à bas prix.

« Les gens veulent avoir les mains dans la terre »
Didier Villoing, président de l’association Les Jardingues

« Jardiner est sain », que ce soit pour les végétaux, les animaux comme pour les jardiniers eux-mêmes. Car, avec Les Jardingues, « les amoureux et les amateurs des plantes et de fleurs se rencontrent. Ca évite l’isolement de beaucoup d’Orléanais », confie Didier Villoing. S’il y a une majorité de retraités dans l’association, plusieurs jeunes parents et jeunes actifs participent aux ateliers. C’est d’ailleurs pour cela que ces derniers se déroulent toujours le week-end. Finalement, avec Les Jardingues, jardiner, c’est mêler le bonheur et la convivialité de la rencontre avec les activités manuelles au grand air"

HEBDO-LA TRIBUNE : n° 177, du 1er au 7 mars 2017

forum sur cet article (pas de message)