Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Fiches jardinage >  Les Soucis du Jardinier >  Hérons et bassins

Article publié le 9 novembre 2009 et visité 4273 fois.

Des astuces pour dissuader les hérons d’anéantir les poissons des bassins ont été données à l’émission de samedi "Silence, ça pousse !" de Stéphane Marie et Noëlle Bréham. Allez-vite les lire et même regarder la vidéo complète de l’émission.

C’est un souci que nous avions évoqué l’aprés-midi même (lors de la visite du beau jardin qu’Armelle nous a très gentiment ouvert ce même samedi sous des couleurs automales et un soleil radieux, un bon moment.

En effet, même en plein ville, au milieu de maisons et immeubles, l’oeil perçant du héron repère le moindre point d’eau miroitant, petit bassin constitué d’un demi tonneau (n’est-ce pas Dominique ?), ou mini bassin amoureusement aménagé (n’est-ce pas Carmel ?) et fonce la nuit tombée sur vos pauvres petits amis en costume d’écailles.

Si vous voulez les protéger, il est peut-être temps de prendre des mesures...

Faites-nous part aussi de vos expériences et mésaventures dans le forum ci-après.

Anne-Marie

Le Héron

Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,

Le héron au long bec emmanché d’un long cou.

Il cètoyait une rivière.

L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;

Ma commère la carpe y faisait mille tours,

Avec le brochet son compère.

Le héron en eût fait aisément son profit :

Tous approchaient du bord ; l’oiseau n’avait qu’à prendre.

Mais il crut mieux faire d’attendre

Qu’il eût un peu plus d’appétit :

Il vivait de régime et mangeait à ses heures.

Après quelques moments, l’appétit vint : l’oiseau,

S’approchant du bord, vit sur l’eau

Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures.

Le mets ne lui plut pas ; il s’attendait à mieux,

Et montrait un goût dédaigneux,

Comme le rat du bon Horace.

Moi des tanches ! dit-il ; moi, héron, que je fasse

Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ?

La tanche rebutée, il trouva du goujon.

"Du goujon ! c’est bien là le dîner d’un héron !

J’ouvrirais pour si peu le bec ! aux dieux ne plaise !"

Il l’ouvrit pour bien moins : tout alla de façon

Qu’il ne vit plus aucun poisson.

La faim le prit : il fut tout heureux et tout aise

De rencontrer un limaçon.

Ne soyons pas si difficiles ;

Les plus accommodants, ce sont les plus habiles ;

On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

Gardez-vous de rien dédaigner.

Jean de LA FONTAINE

forum sur cet article (pas de message)