Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Fiches jardinage >  Les Soucis du Jardinier >  La Pyrale du buis

Article publié le 8 mars 2015 et visité 5194 fois.

Elle cause bien de l’émoi dans les jardins, elle se moque du désespoir des jardiniers, elle tond les topiaires jusqu’à l’os... c’est la pyrale du buis, Cydalima perspectalis  ! Attention, elle est revenue !

Jolie chenille verte et jaune striée de noir, c’est une dévoreuse invétérée, qui se multiplie par cent, par mille, si l’on ne prend pas des mesures sévères. Venue d’Asie par les Lucky bambous et autres plantes exotiques, elle touche maintenant presque toutes les régions de France. Le froid de l’hiver ne lui cause aucun souci, les oeufs attendent les premières chaleurs pour éclore ... et en avril c’est fait ! Elle n’a pas encore de prédateurs... mais le frelon asiatique semble s’y intéresser.

La chenille adulte mesure 3 à 4 cm et un buis peut être entièrement défolié en quelques jours : il ne reste que le squelette des branches !

On ne repère pas tout de suite ces voraces, car elles se cachent à l’intérieur de l’arbuste ; c’est là également qu’elles confectionnent un cocon pour se transformer en papillon (voir diaporama). Plusieurs générations se succèdent dans l’été ne laissant aucune chance aux jeunes feuilles qui repoussent.

La solution radicale : couper vos buis ! Mais quel crève-coeur quand on a mis des années à les conduire... en grosses boules, en petites boules, en chandelle, en coq de clocher ... ou simplement en jolies bordures de jardin de curé !

Alors plutôt que de s’arracher les cheveux en arrachant les buis, vite, agissons !

- placer une toile sous les arbustes et secouer les branches : un certain nombre de chenilles tombent et vous n’avez plus qu’à les récupérer et à les détruire (vous avez le choix des armes !).
- même chose, mais arrosez au jet : il en tombe aussi quelques unes.
- si vos buis ont besoin d’être taillés, commencez par là : étalez une toile sur le pourtour et ramassez soigneusement les déchets de taille infestés.
- pièges à phéromones : assez onéreux (boîte plastique + capsules)
- filet "anti-pyrale-du-buis" : pour isoler ceux qui ne sont pas encore atteints : efficacité ? esthétique ?

- enfin le traitement, mais avec des produits non toxiques pour l’environnement : Le bacille de Thuringe (Btk, bactérie présente naturellement dans les sols) est très efficace (utilisé en jardinage bio pour le ver du poireau et différentes chenilles), il existe sous plusieurs marques. Solabiol cible la pyrale du buis, mais c’est aussi le bacille de Thuringe !

Mode d’utilisation  : suivre les indications du fabriquant : dilution dans l’eau, puis pulvérisation sur les buis. Les chenilles grignotent les feuilles infestées et meurent des effets du bacille. Chouette ! Vous pouvez le constater dès les jours suivants, les chenilles mortes sont noirâtres. Refaire par précaution un deuxième traitement une semaine après, en essayant de pulvériser l’intérieur de l’arbuste : là se cachent encore les plus malines, qui sont bien grasses et à l’abri.

Examiner les plantes régulièrement et refaire le traitement aussi souvent que nécessaire au cours de l’été. N’oubliez pas que ce papillon de nuit arrive aussi des jardins voisins et pond sans relâche jusqu’au mois d’octobre, alors soyez vigilants ! A sa naissance la chenille est minuscule, ayez l’oeil !

Et bon courage, car la lutte est un peu usante !

Maintenant faites un tour dans le diaporama pour regarder votre ennemie dans les yeux... et racontez nous vos déboires dans le forum (Carmel y donne la recette d’un purin d’ail qui serrait répulsif !).

Sylvie

PS : conserver votre produit de traitement au frais ; il semble inopérant s’il a séjourné en été dans une pièce chaude.

forum sur cet article (4 messages)