Les Jardingues
  Nous contacter

Sommaire :

ACCUEIL

Agenda

Comptes-rendus et informations

Bourse d’échanges

Les jardins des adhérents

Bonnes adresses

Fiches jardinage

Méli-mélo


Recherche libre :

Fiches jardinage >  Les Savoir-faire du jardinier >  le temps des boutures

Article publié le 19 août 2008 et visité 2798 fois.
quelques conseils glanés dans nos émissions de télé préférées....

Août, c’est le temps des boutures !

Tout, il paraît que tout peut se bouturer ! Un peu de savoir faire, un peu de patience seulement (qualité inhérente au jardinier...)

Le bouturage est la méthode la plus efficace pour reproduire une plante originale, le nouveau plant sera en tout point semblable au pied mère.

Actuellement les jeunes pousses de l’année ne sont plus herbacées, et pas encore lignifiées (ni herbe ni bois), elles sont aoûtées.

Il faut en prélever des tronçons de 8 à 15 cm, sans fleur, enlever les 2 ou 3 paires de feuilles situées à la base, couper l’extrémité et les enterrer dans un mélange léger, sableux de préférence.

Vous aurez au préalable fait tremper des tiges d’osier dans un seau d’eau et vous les arroserez avec cette eau -là ! En effet, les osiers fabriquent une hormone de bouturage très efficace et qui ne présente pas les inconvénients des hormones en poudre qui collent et font parfois (souvent) rater les boutures par pourrissement !

Vous placerez vos boutures au nord, au frais, vous les vaporiserez régulièrement et cet hiver, oubliez-les. Vous les mettrez en place au printemps.

Alors, asters, verveines, chèvrefeuilles, houx, cognassiers du japon, laurier-rose, choisya, véronique, lavande, groseillers , cassissiers, figuiers, lantanas, hortensia..... vous pouvez tout essayer et si vous en avez trop, pensez au troc d’octobre , mais vous pouvez aussi en préparer pour des cadeaux originaux de fin d’année !

Carmel

Il y a aussi les adeptes des boutures dites "à talon", préférables pour certaines espèces (et même indispensbles pour certaines variétés comme les pyracantha ou les céanothes). On prélève alors une courte tige latérale en entrainant la partie élargie qui se rattache à la tige principale ainsi qu’un court lambeau d’écorce. C’est à cet endroit que les racines se forment en grand nombre. Ensuite on procède de la même façon.

Les boutures de laurier-rose ainsi détachées s’enracinent très vite dans un verre d’eau et il est amusant de suivre la progression des racines qui apparaissent en 15 jours. Mais on peut aussi planter directement dans la terre.

Profitez de vos vacances pour ramener quelques petits souvenirs verts... après avoir demandé l’autorisation, bien sûr !

Sylvie

Voici en lien une page qui liste la manière de bouturer les arbres et les arbustes

forum sur cet article (4 messages)